071/30 06 30 rachel@rachelsobry.be

Les conséquences de l’incendie de l’entreprise Lubrizol à Rouen

9 Oct, 2019

Question d’actualité de Mme Sobry à Mme Tellier, Ministre de l’Environnement, de la Nature, de la Forêt, de la Ruralité et du Bien-être animal, sur « Les conséquences de l’incendie de l’entreprise Lubrizol à Rouen ».  

Mme Sobry (MR). – Madame la Ministre, Monsieur le Ministre-Président, suite à la catastrophe de l’incendie de Rouen, la Commune de Hirson, située en France et adjacente à la Commune de Momignies d’où je proviens, a appliqué le principe de précaution et fait l’objet d’une restriction sur des produits tels que le lait, les œufs, le miel et les poissons d’élevage jusqu’à l’évaluation du risque sanitaire. Ces produits sont donc actuellement consignés.De notre côté, des analyses ont été demandées et effectuées, et les résultats seront apparemment connus d’ici une bonne quinzaine de jours. Néanmoins, il semble que, contrairement à ce qui a été décidé en France, en attendant, aucune consignation d’éventuels produits contaminés n’a été décidée chez nous.  

Qu’en est-il du principe de précaution dans notre Région ? 

M. Di Rupo, Ministre-Président du Gouvernement wallon.– Madame la Députée, la situation à la suite de l’incendie de Rouen est à peu près la suivante. Les autorités françaises ont informé les autorités belges ; d’abord, les autorités nationales et puis nous avons eu les informations au niveau régional, mais chacune de ces informations tentait à expliquer qu’il n’y avait pas de situation anormale. Un nuage a traversé notre Région, essentiellement en Hainaut. Des examens ont été réalisés à la demande de la ministre de l’Environnement par l’ISSeP et d’autres institutions telles que l’AFSCA, notamment sur la qualité de l’air. Ces examens et l’attitude des institutions belges ou régionales ont tous été dans le même sens : dans l’état actuel de nos connaissances, il n’y a pas d’éléments considérés comme anormaux qui nécessiteraient une prise de position. Néanmoins, par mesure de précaution, Mme la Ministre de l’Environnement a demandé à l’ISSeP – comme vous l’avez indiqué – d’effectuer des prélèvements de terre dans des potagers. Il est vrai que nous aurons les résultats de ces prélèvements d’ici 10 à 15 jours. Nous attendons ces résultats et nous prendrons attitude en fonction de ceux-ci.  

Il ne m’appartient pas de porter un jugement par rapport à nos collègues français. Je veux juste vous dire que la position des Français a été a posteriori, c’est-àdire après une certaine phase où, manifestement, il n’y avait pas de mesure qui avait été prise.  

 

Derniers articles

Rejoins mon équipe !

Rejoins mon équipe !

📢 𝐒𝐓𝐀𝐆𝐄 𝐀𝐋𝐄𝐑𝐓𝐄 📢 Tu es étudiant et à la recherche d’un stage en lien avec la politique ? Alors ceci va t’intéresser : Députée wallonne et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, j’accueille chaque année un/une stagiaire au sein de mon équipe. Cette année, pourquoi pas...

Dépistage du cancer : pas trop mal mais pourrait mieux faire

Dépistage du cancer : pas trop mal mais pourrait mieux faire

Dépistage du cancer : pas trop mal, mais pourrait mieux faire Une vie sauvée toutes les 90 minutes: c'est ce message positif que la Fondation contre le cancer (FCC) a voulu communiquer avant tout à l'occasion de la Journée mondiale contre le cancer, qui a été célébrée...